Crime/Justice

Viol en Haïti – “Il faut sortir de la loi du silence” – Paris Match


ViolEn Haïti, le viol est un fléau persistant.  Dix ans après l’adoption d’un texte de loi reconnaissant enfin ce crime, les agressions sexuelles restent monnaie courante dans cette île des Antilles. L’universitaire Obrillant Damus, qui enseigne à l’Université d’Etat d’Haiti et à l’Université Quisqueya, et qui a confié à Paris Match avoir lui-même beaucoup d’amies qui ont été abusées, s’est penché sur cette question encore tabou. «J’ai eu envie d’apporter ma contribution à la compréhension de ce phénomène social ubiquitaire», nous a-t-il expliqué. Le sociologue, qui se définit comme un «chercheur social» –il a notamment  publié deux essais, sur l’accouchement traditionnel en Haïti, le cancer de la prostate et la solidarité- a rencontré plus d’une trentaine de femmes violées dans la région de Port-au-Prince. Et ce grâce à l’aide de l’association Komisyon Fanm Viktim Pou Viktim (KOFAVIV), une organisation de défense des droits des femmes dont la principale activité́ consiste à aider les victimes de violences sexuelles. Sous couvert d’anonymat, ces victimes lui ont raconté leur calvaire. Certaines ont refusé. Car «quand on parle de son viol, on le revit», lui ont-elles expliqué. Toutefois, celles qui ont accepté pour la première fois de se livrer, ont dit se sentir libérées. Elles n’avaient pas soupçonné jusqu’alors l’effet cathartique de la parole. Il projette d’en faire un livre. via Paris Match.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s