Foreign Policy

Antihaïtianisme en RD: Leonel Fernandez interpellé – Le Nouvelliste


Ce 19 février, plus de 150 signataires ont fait parvenir à l’ancien chef d’État dominicain Leonel Fernandez une correspondance lui demandant son intervention face à la montée de l’antihaïtianisme en République dominicaine. Le destinataire a été choisi en sa qualité de Président du Parti de la libération dominicaine (PLD) et principal bénéficiaire de la campagne antihaïtienne durant les élections de 1996. Cette campagne, selon les expéditeurs, n’a pas cessé provoquant ainsi de sérieuses préoccupations pour la paix entre les deux peuples depuis le commencement de l’année 2015. Le mois de février est particulièrement marqué par des manifestations hostiles à Haïti et la communauté haïtienne, dont la souillure sur la voie publique du drapeau national ; la déclaration de guerre contre l’immigration illégale par des groupes cagoulés et la pendaison de Henry Claude Jean sur la place Ercilia Pepin de Santiago. M. Fernandez a manifesté en plusieurs occasions, spécialement sur la scène internationale, son intérêt pour de meilleurs rapports entre les deux pays de l’île. Néanmoins, sur le terrain, ses liens étroits avec les groupes antihaïtiens provoquent ambiguïtés et confusions. Dans cette optique, la démarche vise à ce qu’il définisse plus clairement sa position et celle de son parti vis-à-vis d’Haïti en vue de contribuer à la convivialité entre Dominicains et Haïtiens. L’antihaïtianisme peut être défini comme un courant de pensée et une forme d’action politique de dénigrement systématique de la nation haïtienne, d’exclusion sociale de ses expatriés et de refus de rapports harmonieux entre les deux peuples. Parmi les signataires, l’ancien Premier ministre Claudette Werleigh en qualité d’ambassadrice de Pax Christi International. De même, des autorités ecclésiastiques anglicanes et catholiques, des sénateurs, des directeurs de médias et journalistes, des recteurs d’universités, des ONG, des militants de droits humains, des chefs de partis politiques, des membres du secteur privé, des étudiants, des artistes, des intellectuels, des organisations de la diaspora et des amis d’Haïti, entre autres. via Le Nouvelliste.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s