Francais

A quoi servira-t-il le nouveau remaniement ministériel? – Haiti Liberte


L’Accord contesté d’El Rancho du 14 mars 2014 a contribué à la survie du pouvoir Tètkale de Martelly et du gouvernement Laurent Lamothe, leur facilitant l’opportunité d’un nouveau remaniement ministériel. Ce remaniement ministériel n’est qu’un bricolage qui a placé Haïti, pour la première fois, à la tête d’une liste de gouvernement la plus pléthorique connue :   43 ministres et secrétaires. Comparez avec le gouvernement français passé de 37 à 16 ministres, les Etats-Unis qui ont un gouvernement qui compte 23 membres et celui du Venezuela qui en compte 29.

Ce gouvernement compte également 7 anciens officiers des défuntes Forces Armées d’Haïti en l’occurrence : Lener Renauld au ministère de la Défense, remplaçant à ce poste, l’ex-sénateur, Rodolph Joazil ; Himler Rébu, ministre de la Jeunesse, des Sports et l’Action civique, en remplacement de Maggalie Adolph Racine ; Réginald Delva, ex-secrétaire d’Etat à la Sécurité publique muté au ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales ; Jean Renel Sanon, conserve son poste-feuille au ministère de la Justice et de la Sécurité publique. Malgré toutes les dérives qui lui sont reprochées : la main mise sur l’appareil judiciaire, l’utilisation des avocats de l’Etat pour libérer le narcotrafiquant Evinx Daniel, sa participation à la réunion avec le juge Jean Serge Joseph qui a coûté la vie à ce dernier, sa complicité dans l’évasion de l’épouse Sonson La Familia à la prison des femmes de Pétion-ville, l’utilisation de l’appareil d’État à des fins personnelles. Il est le seul rescapé des ministres interpellés par le Sénat de la République et à la fin de cette séance 14 sénateurs sur 19 avaient voté contre le maintien de Jean Renel Sanon au ministère de la Justice. Il a été reconduit par le Premier ministre Laurent Lamothe.  Les  secrétaires d’Etat, Pierre Michel Lubin et Neptune Pierre Estanislas Cantave respectivement secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur et à la Sécurité publique. Ce gouvernement compte aussi 4 ministres délégués auprès du Premier ministre.

 Ce remaniement répond explicitement à un projet idéologique et politique visant la restauration de l’ancien régime dictatorial dans le pays. Les ex-officiers de l’Armée d’Haïti vassalisée par la dictature des Duvalier sont actuellement à la tête des ministères régaliens, au moment où le président Martelly manifeste sa volonté de rétablir la dictature. En plus de ce projet macabre, deux autres tendances ont dominé la formation de ce remaniement ministériel : le népotisme et la Communauté internationale ; Monique Rocourt, Nesmy Manigat, Duly Brutus et autres ont été respectivement imposés aux ministères de la Culture, de l’Education Nationale et la Formation Professionnelle et des Affaires étrangères et des Cultes  par des proches du pouvoir. Duly Brutus, ancien député du PANPRA de Serge Gilles, actuellement du parti Fusion des sociaux-démocrates, représentant d’Haïti à l’Organisation des Etats-Américains (OEA) depuis   le coup d’Etat-kidnapping du 29 février 2004. via Haiti Libertetop_front_picture09.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.