Editorials

Haïti: 3 pouvoirs, 3 oppositions, 3 ambassades…


Au niveau de l\’exécutif se cache une opposition silencieuse, subtile et inconnue par peur de représailles économiques ou de se retrouver au chômage. Précarité oblige. Y aurait des voix compétentes qui ne valident pas les dérives du président Martelly. Un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne, disait l\’ancien premier ministre socialiste français Michel Rocard.

Au parlement, notamment à la chambre basse, existe apparemment une majorité présidentielle mais fissurée, car le PSP (parlementaire pour la stabilité politique), s\’apprêterait à donner naissance d\’ici le mois de Janvier à une opposition en raison de quelques frustrations. Tèt Kalé ne peut pas plaire à tout le monde. Il y a le bloc PEP (parlementaire pour l\’équilibre politique), qui porte bien son nom. Certains issus du PSP s\’opposent à Martelly pour s\’allier à Lamothe. L\’argent, la politique, c\’est une question d\’équilibre pour PEP. Et comme il y a toujours un prix à payer quand on est dans l\’opposition, le bloc PRI (parlementaire pour le renforcement institutionnel) radicalise sa position face au régime Tèt Kalé. Autant de blocs parlementaires pour reconstruire un parti politique. Ne sont-ils tous pas issus d\’un parti ou plate-forme politique à l\’origine. Ils ont démarré avec un parti et terminent avec un bloc. Paradoxe. Au sénat, l\’esprit du corps s\’impose en opposition par moment. Fragilité du quorum, la majorité relative pose des actions justes mais illégales. Parfois légales, mais injustes. La minorité a raison, la majorité n\’a pas tort pour parodier Albert Camus. La dernière séance d\’interpellation de trois ministres est encore dans les mémoires. (Ironie : 3 ministres reçoivent chacun respectivement 3, 4 et 5 votes sur un total de 20 sénateurs et considèrent avoir reçu un vote de confiance et continuent de plus belle dans leurs fonctions sans aucun embarras). On peut compter les sénateurs irréductibles et leurs alliés par moment. Give and take pour assurer la tenue d\’une séance.

Le pouvoir judiciaire. Jamais judicieux dans ses prises de positions. Vassalisé au point de se fondre avec l\’exécutif comme une fondue suisse, le CSPJ est en quête d\’indépendance et d\’honorabilité. L\’on se souvient de la présence de Me Arnel Joseph au centre sportif de Carrefour venu prêter serment d\’allégeance à Martelly lors du programme \”Gouvenman lakay ou\”. L\’exécutif et le judiciaire s\’enlacent. Combien de fois le président du CSPJ a été démasqué, dénoncé par ses pairs. Le président du CSPJ s\’est trompé d\’adresse lors de sa prise de position dans l\’affaire de Me André Michel sans consulter les autres membres du Conseil. via Tout Haiti

.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.